« Autour des données de la recherche » par Rémi Gaillard – Les Lundis numériques de l’INHA

En guise d’introduction à ce nouveau carnet et avant de revenir sur mes motivations à me lancer dans ce projet, je vous propose d’entrer dans le vif du sujet par un premier compte rendu. Dans ce compte rendu j’évoque des textes, des notions sans les approfondir. Cela me donnera l’occasion de rédiger de nombreux autres billets.

L’Institut National d’Histoire de l’Art propose depuis 2013 des séminaires ouverts à tous sur les humanités numériques, en particulier dans le domaine des arts visuels. Vous pouvez retrouver le programme complet pour l’année 2015-2016 ici.

Lundi 15 septembre 2015 la saison s’est ouverte avec une intervention de Rémi Gaillard sur le thème “Autour des données de la recherche”. Rémi Gaillard est conservateur de bibliothèque, responsable du pôle “Politique documentaire et valorisation des collections” à la bibliothèque universitaire Pierre Marie Curie. Son poste actuel n’est pas en rapport avec les données de la recherche mais il a rédigé, dans le cadre de sa formation de conservateur d’Etat, un mémoire intitulé “De l’Open data à l’Open research data : quelle(s) politique(s) pour les données de recherche ? »1.

Vous trouverez la présentation au format PDF de Rémi Gaillard sur cette page.

L’essentiel

  • 2015 marque un tournant en France avec notamment l’annonce du gouvernement de son plan de stratégie numérique. Faisant la part belle à l’économie des données et encourageant la publications en accès ouvert des résultats de la recherche, la France marche dans les pas de la Commission Européenne qui oeuvre dans le sens de l’ouverture des données de la recherche avec le projet pilote d’Horizon 2020.
  • La “libération” des données de la recherche sera possible à grande échelle à condition que le statut juridique attribué à la donnée scientifique le permette. Ce statut juridique est d’autant plus épineux à définir que les données brutes en SHS peuvent être de natures très variées ; davantage que dans le domaine des STM.
  • Enfin un travail sur les données de la recherche ne peut que s’appuyer sur un travail rigoureux sur les métadonnées.

L’intervention de Rémi Gaillard avait pour objectif de dresser un état des lieux des politiques d’’ouverture des données de la recherche en France. En effet si la réflexion et l’action sur le sujet occupent des chercheurs au niveau mondial depuis les années 1990, 2015 est un tournant majeur en France, qui semble accuser un certain retard dans le domaine….

2015, un engagement clair du gouvernement français…

Le 18 juin 2015, deux événements étroitement liés ont lieu, déterminants sur les orientations politiques de la France dans le domaine du numérique. D’une part, la présentation de son rapport “Ambition numérique” par le Conseil National du Numérique et d’autre part le discours d’Axelle Lemaire sur la stratégie numérique du gouvernement, qui s’appuie largement sur le rapport du CNNum (Conseil National du Numérique). Ce qui est remarquable, et ce qu’a souligné Rémi Gaillard, c’est la mention de la question des données à plusieurs reprises. Parmi les 14 mesures emblématiques du plan numérique du gouvernement, la n°2 affirme “Promouvoir une économie de la donnée en créant la notion de données d’intérêt général” et la n°5 promet “Favoriser une science ouverte par la libre diffusion des publications et des données de la recherche”.

…Qui, finalement, s’engage dans le sillon creusé par la Commission Européenne

Le 16 décembre 2013, la Commission Européenne lance un projet pilote sur les données de la recherche au sein de son programme de financement de la recherche scientifique Horizon 2020. Les bénéficiaires des financements attribués dans le cadre ce projet pilote doivent rendre publiques les données scientifiques produites. Les contraintes sont moins fortes qu’il n’y paraît : d’une part, seules les données utilisées pour les publications doivent être rendues publiques (et donc pas toutes les données utilisées pour le travail de recherche) et d’autre part il est possible de s’opposer à l’ouverture des données en justifiant d’obstacles liés à des raisons éthique, à la réglementation sur les données personnelles, à la propriété intellectuelle, à la sécurité, etc.

L’outil au coeur de cette contrainte, imposé par le programme est le DMP, Data Management Plan, ou Plan de gestion des données, que doit produire dans les 6 mois après acceptation de son projet toute équipe de recherche.

2015, une étape cruciale également en Grande-Bretagne

Rémi Gaillard a également présenté succinctement ce qui est pour lui une étape clé dans l’avancée de l’ouverture des données en Europe, la publication du Concordat on Open Research Data en Grande-Bretagne, le 17 juillet 2015. Cette charte conçue, adoptée et publiée par le Research Councils UK (regroupement des agences de financement de la recherche publique en Grande-Bretagne) édicte des principes de bonne conduite concernant le traitement des données de la recherche. Pour résumé l’explication de Rémi Gaillard, cette charte insiste sur la responsabilité des chercheurs dans le traitement de leurs données, avec entre autres, une nécessité d’évaluation de ces données par les pairs, d’adoption de standards et de normes par les chercheurs, etc. Cette charte reconnaît tout de même le droit aux équipes de recherche de bénéficier d’un temps pour exploiter ses données avant de les rendre publiques.

Les données de la recherche, ou la question cruciale de leur définition

Après cette mise en contexte politique, Rémi Gaillard est revenu sur la définition des données de la recherche. En s’appuyant sur trois exemples :

«La donnée de recherche est définie comme l’enregistrement factuel couramment considéré dans la communauté scientifique comme nécessaire à la validation des résultats de la recherche. »

« Les données de la recherche sont l’ensemble des informations et matériaux produits et reçus par des équipes de recherche et des chercheurs. Elles sont collectées et documentées à des fins de recherche scientifique. À ce titre, elles constituent une partie des archives de la recherche. »

« Les données de la recherche sont les informations quantitatives ou les relevés qualitatifs collectés par les chercheurs au cours de leurs expérimentations, observations, entretiens ou suivant toute autre méthode. Les données peuvent être brutes ou primaires (directement issues d’une mesure ou d’un enregistrement) ou dérivées de données primaires à des fins d’analyse ou d’interprétation (une fois nettoyées ou extraites d’un jeu de données plus large). L’objectif de l’ouverture des données de la recherche est de fournir l’information nécessaire à la validation des constatations, des conclusions ou des résultats d’un projet de recherche. »

il a démontré que le périmètre de définition d’une donnée scientifique avait des conséquences importante sur le statut juridique de celle-ci. Ainsi l’Association des Archivistes de France a une approche archivistique des données de la recherche qui placent celles-ci sous le régime du droit des archives.

Cette question du statut juridique de la donnée est cruciale car les réponses données auront des conséquences importantes sur le développement des projets liés à l’ouverture des données. Pour lui et d’autres professionnels de l’information scientifique et technique un des leviers serait d’attribuer à toutes les données produites dans le cadre d’un travail de recherche une licence de type CC0. Par ailleurs, il souligne, en présentant quelques résultats de l’enquête menée par le CNRS sur les usages et les besoins d’IST des unités de recherche auprès des Directrices et Directeurs d’Unités du CNRS, la méconnaissance des chercheurs sur le statut de la donnée.

Les acteurs de l’ouverture des données de la recherche

Rémi Gaillard a ensuite dressé un panorama des acteurs engagés dans la dynamique d‘ouverture des données. Ces acteurs sont nombreux et très divers : des chercheurs qui ont travaillé de leur propre initiative à l’établissement de standards ou de normes, des éditeurs privés qui imposent l’exposition des jeux de données (ex : Biomedical Journal), ou qui proposent de nouveaux produits éditoriaux dédiés au partage et à la valorisation des données (ex : Figshare de l’éditeur McMillan), enfin des institutions et organismes de recherche.

Pour conclure

Rémi Gaillard évoque (assez rapidement, son temps de parole arrivant à son terme) une initiative française qui peut être considérée comme la première initiative de grande ampleur dans une université française pour l’ouverture des données de  la recherche. Il s’agit du programme de l’université Lille 3, dont les principes et le calendrier ont été rendus publics début septembre, autour des données produites lors des doctorats en SHS. On peut lire en ligne le livre blanc sur « Les données de la recherche en doctorat » publié par Lille 3.

Il souligne également l’initiative des universités Paris Descartes et Paris Diderot qui ont corédigé début 2015 un guide intitulé “Réaliser un plan de gestion des données”.

Questions et discussion

Suite à cet exposé, Rémi Gaillard a ouvert une séance de questions et discussions. Je n’ai pas noté très précisément tous les échanges. J’en ai surtout retenu que les questions qui se posent en SHS varient légèrement des questions posées pour les sciences dures, domaine qu’avait plus amplement exploré Rémi Gaillard. En effet la nature des données brutes en SHS semble plus variée et plus complexe. Les chercheurs en SHS travaillent sur des données chiffrées, purement quantitatives mais également des entretiens, des archives, etc. La définition et le statut juridique de ces données qui en découlent semble être un sujet épineux et complexe à traiter. Enfin les chercheurs présents lors de cette séance ont affirmé à plusieurs reprises que tout travail sur les données, ne peut se concevoir sans un travail sur les métadonnées.

Citer ce billet: Noëmie Rosemberg, "« Autour des données de la recherche » par Rémi Gaillard – Les Lundis numériques de l’INHA," dans En quête des données, le 21/09/2015, http://donneesshs.hypotheses.org/17. Consulté le 22/11/2017.

  1. Rémi Gaillard, « De l’Open data à l’Open research data: quelle (s) politique (s) pour les données de recherche? ». Enssib, 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *